La pointe du phare à la fin des hostolités, radars en place.

LA BATTERIE KATHY

Deux stations radars étaient installées sur l’île de ré pour la protection de la base sous marine de La Rochelle.

Une à ARS et l’autre à proximité du phare des baleines. L’ensemble de la batterie autour du phare était  désignée par le nom de « katy » ou « kathi » et codé « Sützpunkt Ro 427 ».

 

Le premier radar a été installé le 9 mai 1942 au sommet de l’ancien phare. Il est de type « Fu.MG Seetakt Gema Nr g 168 » codé « calais 30 Zg 138 » . Il était en mesure de localiser des cibles navales à 15/20 km.

 

Le second radar était  de type « Seeriese FU.MO 214 », radar naval ; Il était installé sur une assise hexagonale à proximité de la plage. Ce support a disparu avec xynthia, il a du être utilisé par l’armée pour renforcer la protection de l’enrochement du  sémaphore  après la tempête.  

Il localisait des cibles navales à 60 km avec une très grande précision. Il était le pilier de la station radar et permettait de diriger, au cas où, le feu des canons de « Karola ».

Les bunkers de la batterie sont situés autour du phare.

A l’est du phare, côté pertuis breton,

  • -Un ringstand type "Tobrouk Vf 221" équipé d’un canon de 50 mm "KwK 38/39" assurant la protection rapprochée. Cette construction existe toujours et est accolé à la digue du poultier côté mer.

  • -Une casemate "H667" était prévue pour canon de 50 mm. Elle est complètement enterrée, sauf erreur, à côté du local technique départemental qui servait à cette époque au couchage des soldats (H 502).

  • -Un ringstand pour "flak 28", 20 mm, couverture anti aérienne,

     

     

Au sud du sémaphore, on trouvait

  • - trois pièces de 40 mm "flak 28 bofors" , dont une était placée sur le toit du canot de sauvetage.

  • - un bunker "FL 242", équipé d’un canon de 50 mm "KwK 38/39" assurant la défense du site derrière les dunes, des bâtiments en bois et en béton assuraient l’intendance et l’hébergement des soldats, des soutes à munition,

  • - trois abris "H501" et un abri "H502",

  • - sur l'ensemble, 14 emplacements pour mitrailleuses,

  • - un ringstand pour f"lak 28", 20 mm, couverture anti aérienne,

  • - deux projecteurs 60 cm.

 

 

 

 

 

Les deux radars de la batterie

Au sommet de l'ancien phare, le radar "Seetakt Calais 30". Sur la dune, posé sur une assise hexagonale, l'imposant radar "Seeriese Fu.MO 214 pour la détection navale rapprochée.

 Radar "calais 30 zg 138" au sommet de la vieille tour

Vue générale de la pointe des baleines et de la plage de la "conche". La batisse blanche, en bordure de la conche,  est le local technique actuel, utilisé comme hébergement . En bas à droite, sur la dune, le radar et un nid de mitrailleuse.

 Photos datant de la fin de la guerre, les radars sont encore en place nettement localisables.

 

Les installations côté pertuis d'Antioche

Photos datant de 1944, on y distingue:

 1 - 2  - 3 , les trois pièces de 40 mm flak 28 Bofors, la pièce "2" est positionnée sur le canot de sauvetage.

4 , la pièce de 50 mm KwK 38/39 installée dans un ringstand,

Derrière les dunes, l'intendance et le couchage des soldats, de nombreux bâtiments en bois ou en béton.

 

 

                            

Photographies du canon Flak 28 Bofors 40 mm installé sur le toit du canot de sauvetage. Le sémaphore à gauche semble être peint en gris. Entre le sémaphore et l'abri du canot, le rigstand de la pièce  de 50 mm KwK 38/39.

                 

Toujours là...

Ringstand type "Vf 221" pour canon de 50 mm "KwK 38/39". Assurait la protection rapprochée côté pertuis breton.

 

 

Le local technique, transformé pendant l'occupation en  hébergement et couchage du "personnel".

 

 

Complètement enterrée, peut-être la casemate "H 667", prévue sur les plans en 1944 pour une pice de 50 mm. 

 

 

Version imprimable Version imprimable | Plan du site
© Michel Vimont

Site créé avec 1&1 IONOS MyWebsite.